срочный займ онлайн на карту кредиты онлайн

Colloque 2016 - Animateurs et conférenciers de la journée

http://osrodekpiszkowice.pl/?yued=opcje-binarne-wycena&6a6=ee On vous attend le 19 octobre 2016 à l'Université Laval - Pavillon Alphonse-Desjardins

colloque2016

>> S'inscrire <<

Parrains de GP-Québec

Animateur du colloque

  • Daniel Hallé, CPA, CMA, Directeur associé, Connexe technologie

Conférenciers 

 


Florent Arneodo, Travailleur autonome, formateur et coaching

Détenteur d’une maîtrise en génie et d’une en gestion de projet, M. Arneodo œuvre en gestion de projet depuis 8 ans en tant que consultant, formateur, coaching et chargé de cours au Cégep.

Sa conférence : Le tableau de bord, distinguez l'essentiel du superflu, réduisez la paperasse

Cette conférence vous donnera des trucs et astuces pour vous faire poser les bonnes questions lorsque vous voudrez créer un nouveau tableau de bord : à qui il est destiné, qu’est-ce qu’il devrait comporter, comment le monter, etc. Il y a beaucoup de pièges qu’il faut éviter si vous voulez que votre tableau de bord soit efficient, efficace et qu’il vous aide aux bons endroits.

Vous allez voir que le niveau de détail est important, la compréhension des données et la mise en page également. Sans rentrer dans des détails techniques des outils, la conférence vous aidera à quoi mettre dans vos tableaux de bord et d’où devraient venir les données.


eric belangerÉric Bélanger, Ingénieur, responsable du bureau de projets RBQ

Le conférencier est un ingénieur mécanique de formation ayant complété son Baccalauréat à l’Université Laval en 1996. Il a également complété une certification universitaire en gestion de projets en 2009.

Il a été membres de l’institut de développement de produits de 2003 à 2008 où il a participé à améliorer des pratiques de gestion de projets spécifiquement en développement de produits dans le domaine manufacturier.

Pendant les 12 premières années de pratique, il a géré des projets dans le milieu manufacturiers, dans le milieu industriel et a également travaillé sur plusieurs projets de développement en conception mécanique pour le compte de la défense nationale.

Depuis 2005, il est impliqué dans la mise en place et la gestion de bureaux de projets à travers diverses organisations privées et publics dont la Corporation d’Hébergement du Québec (CHQ) puis la Société Immobilière du Québec (SIQ).

Il travaille depuis près de 3 ans pour la Régie du Bâtiment du Québec (RBQ) à titre de responsable du bureau de projets RBQ.

Sa conférence : Les changements mis en place afin d’améliorer la reddition de compte des projets

La conférence, sous forme de témoignage, portera sur l’expérience vécue à la RBQ selon 3 grandes étapes : la situation initiale, les actions mises en place et les bilans qu’on peut tirer pour la prochaine RDC des projets.

La première partie mettra en contexte les constats des dernières RDC des projets et les difficultés à obtenir la mise à jour des projets.

La seconde partie, couvrira l’ensemble des actions qui ont été mises en place afin d’améliorer la RDC des projets. On précisera en autre les activités d’implantation des feuilles de temps, la revue des modules de saisie des informations pour les rendre plus adaptés et plus complets, la revue complète des outils d’info de gestion, la mise en place de capsules spécifiques et la revue périodique des projets par un comité de projets de façon à assurer une conformité de l’information et une justesse de l’information dans l’ensemble des projets.

La dernière partie identifiera les bénéfices pour l’organisation ainsi que le bilan des actions sur les futures RDC. Les leçons apprises permettront de fermer la présentation.


Pierre Boivin, Consultant et mentor en gestion de projet

Pierre BoivinAprès avoir occupé des postes de haute direction dans les domaines du transport aérien, de l'énergie et des équipements médicaux durant près de 25 ans, Pierre Boivin a créé sa propre entreprise de consultation et de formation en gestion de projet.

Au cours des vingt dernières années, il a agi à titre de conseiller auprès de la haute direction d’organisations des secteurs public et privé dans la planification et la réalisation de projets. Il a animé plus de 500 séminaires de formation en gestion de projet au Canada, aux États-Unis et au Maroc et prononcé plusieurs conférences en France, en Algérie, au Maroc et aux États-Unis, en plus d’écrire de nombreux articles.

Il a agi comme directeur du programme de Certification universitaire en gestion de projet des universités Laval et York et président de l’Institut de formation en gestion de projets inc. (IFGP). En 2012, il recevait un prix Élixir du Project Management Institute et de l’Université Laval pour l’excellence de son implication dans la promotion et le développement de la gestion de projet au Québec. Il est l'auteur du livre "Réussir vos projets: 20 pratiques gagnantes en gestion de projets d'affaires".

Sa conférence : Comment transformer la reddition de comptes en stratégie à succès

Encore aujourd'hui, plusieurs gestionnaires et chefs de projet ont tendance à interpréter la reddition de comptes comme l'obligation de répondre de leur performance, voire même un processus visant à trouver des coupables si le projet ne rencontre pas les résultats escomptés. Cette conférence offrira aux participants une vision différente, offrant des moyens visant à utiliser la reddition de comptes comme une stratégie efficace de communication et de réussite.

En intégrant le processus et les outils de reddition de compte aux bonnes pratiques et outils de gestion de l'ensemble du cycle de vie d'un projet, cette présentation fournira aux participants plusieurs suggestions visant à profiter d’une telle intégration pour améliorer leur performance et celle de leur projet. Les nombreux exemples et suggestions proposés par le conférencier offriront une vision plus positive de la reddition de comptes. Ainsi, il deviendra plus facile aux chefs de projet et aux gestionnaires d'utiliser la reddition de comptes comme une approche de mobilisation des parties prenantes et un moyen souple et efficace d'ajuster les stratégies d'un projet afin d'atteindre les résultats attendus.


Maude Brunet, doctorante en administration

Brunet MaudeMaude Brunet, MGP, PMP, est doctorante en administration – spécialisation gestion de projet – à l’ESG UQAM. Ses intérêts de recherche portent sur la gouvernance des grands projets d'infrastructures publiques. Elle possède près de dix années d'expérience en gestion de projet et a été administratrice du PMI-Montréal pour 2012-2013. Elle est actuellement chargée de cours à l'ESG UQAM et elle est également impliquée activement avec l’organisation GP-Québec, la communauté de pratique en gestion de projets publics au Québec.

Marie-Claire Richer, Directrice générale adjointe, amélioration continue, accès et infrastructures, Directrice de la qualité, évaluation, performance et éthique, CIUSSS de l’ouest de l’île de Montréal et Professeur adjointe, école des sciences infirmières Ingram, Université McGill

Richer Marie ClaireChamp de formation / expertise: Doctorat en Sciences Infirmières de l’Université McGill, maitrise en sciences infirmières et en management (Henry Mintzberg’s International Masters in Health Leadership). Elle a occupé des postes d’infirmière clinicienne, d’enseignante et de gestionnaire tant dans les secteurs publiques que privés. Elle a notamment été co-responsable du programme FERASI à l’école des sciences infirmières Ingram de l’Université McGill et membre associée de la Chaire en gestion de projets de l’UQAM. Elle a publié une cinquantaine d’articles et chapitres, été conférencière invitée de différents colloques et symposium et récipiendaire d’une dizaine de prix et bourses. Ses Intérêts et travaux de recherche portent sur la transformation organisationnelle, l’interrogation appréciative et l’émergence de l’innovation dans un système complexe comme celui de la santé.

Ce qui la caractérise : Elle croit en l’importance de tisser des liens solides entre les individus et les équipes pour atteindre les objectifs de l’organisation et améliorer la qualité, la sécurité, la performance et l’accès aux soins et services pour les patients et les usagers du système de santé. Elle valorise le respect, la collaboration, la rigueur, l’innovation et la transparence.

Leur conférence : Gouvernance et reddition de compte : théorie et pratique à travers l’exemple d’un projet de transformation en santé

Les enjeux dans le contexte gouvernemental actuel sont nombreux. La complexité du milieu, les nombreux acteurs tant des différentes instances gouvernementales que des organisations privées, les contraintes budgétaires ainsi que des projets de plus en plus critiques et médiatisés nous portent à réfléchir sur le mode optimal d’organisation. Une bonne gouvernance publique permet d’adresser ces questions, tout comme elle permet de renforcer la reddition de comptes. La reddition de comptes, quant à elle, doit reposer sur certains principes essentiels pour être efficace et atteindre son objectif premier : contribuer à la performance des projets et des organisations. Plusieurs pays sont dotés de systèmes de reddition de compte beaucoup plus sophistiqués qu’au Canada, notamment le Royaume-Uni, l’Australie, les États-Unis, la Norvège. Autant pour les projets que pour l’appareil gouvernemental, une reddition de comptes adaptée doit être pensée en fonction des besoins réels et intégrée aux processus de gestion afin d’être optimale, de permettre la communication des éléments essentiels sans encombrer les dirigeants avec des éléments superflus. Cette présentation en deux volets propose un survol des points principaux concernant la gouvernance et la reddition de compte, puis le cas d’un projet de transformation en santé sera abordé, illustrant de façon pratique les propos présentés en première partie.


Jacques Caron, Secrétaire associé aux infrastructures publiques, Secrétariat du Conseil du trésor

Jacques CaronM. Jacques Caron est diplômé de l'Université Laval en finances. Il a travaillé pendant plus de 25 années au ministère des Finances du Québec, au cours desquelles il a été associé principalement à la préparation des prévisions budgétaires consolidées et à la création d'organismes gouvernementaux. Il a également collaboré aux travaux des deux dernières grandes réformes comptables du gouvernement du Québec, ayant agi comme co-responsable lors de la dernière réforme en 2007 visant notamment la consolidation des établissements des réseaux de la santé et de l'éducation.

Il occupe depuis juin 2013 le poste de secrétaire associé aux infrastructures publiques au Secrétariat du Conseil du trésor.

Il est notamment responsable de la planification et du suivi des investissements publics en infrastructures et voit à l’élaboration de l'encadrement nécessaire afin d'assurer une gouvernance optimale des investissements et des projets d'infrastructures publiques.

Sa conférence : Reddition de compte sur la gestion des infrastructures publiques au gouvernement du Québec

Le gouvernement du Québec prévoit faire des investissements en infrastructures publiques pour un montant de 88,7 G$ au cours des dix prochaines années. À ces sommes, s’ajouteront des contributions estimées de près de 25 G$ du gouvernement fédéral et de 8,7 G$ de d’autres partenaires, tel que les municipalités.

Des investissements d’une telle ampleur nécessitent des mécanismes de contrôle et de prise de décision adéquats. Ces investissements doivent également faire l’objet d’une bonne reddition de compte, qui tient compte des orientations des divers partenaires. Ces outils sont principalement :

  • Le Plan québécois des infrastructures (PQI);
  • Les Plans annuels de gestion des investissements publics en infrastructures (PAGI);
  • La Directive sur les projets majeurs d’infrastructure publique.

Le SCT assure la gouvernance de ces projets majeurs, dont la gestion et la reddition de compte sont assumées par les ministères et les organismes publics concernés. Le SCT agit également à titre d’interlocuteur auprès du gouvernement fédéral et assure le lien avec les montants prévus au PQI.


Radenko Corovic

corovic radenkoRadenko Corovic détient un MBA de l’Université Laval et possède plus de 20 ans d'expérience dans le domaine des technologies de l’information (TI), tant dans les secteurs publics que privés. Il est spécialiste des pratiques de gestion de projet, des mesures de performance de projet et de la performance des TI. Plus particulièrement, M. Corovic s’est spécialisé dans les mesures de productivité, des pratiques d’estimation ainsi que le benchmarking de projets informatiques.

M. Corovic a écrit plusieurs articles, notamment sur la mesure de performance de projet basée sur la valeur acquise, dont certains ont été publiés dans les revues spécialisées. Il donne régulièrement des présentations sur différents sujets touchant la gestion de projets (International workshop on Software Measurement, PMI-Project World, Colloque PMI, IT Management Forum). Actuellement, M. Corovic est président de RSM Technologies, une compagnie spécialisée en gestion de performance de projets.

Sa conférence : Méthode de la valeur acquise adaptée à la réalité de projets

La méthode de la valeur acquise est la méthode la plus utilisée pour suivre l'état d'avancement d'un projet et pour prévoir sa future performance. Elle est standardisée par le Project Management Institute-PMI (The Practice Standard for Earned Value Management) et elle est aujourd'hui une exigence obligatoire demandée par les gouvernements de plusieurs pays. Elle est aussi à la base d’indicateurs du tableau de bord sur les projets en RI du gouvernement du Québec. Toutefois, l’utilisation de la valeur acquise pose certaines questions : Est-ce qu’on est assez mature pour la valeur acquise? – Comment l’appliquer efficacement à tous les projets? - Quels sont les prérequis pour appliquer la méthode?- etc.

Le conférencier va démontrer comment la valeur acquise peut être appliquée de façon efficace et peu couteuse à la plupart de vos projets. Il va expliquer les fondements de la méthode, la « correspondance » entre les indicateurs de la valeur acquise et ceux du TB gouvernemental et illustrer comment la version « légère » de la méthode peut contribuer à améliorer la reddition de comptes et, ultimement, la performance de vos projets.


André De Carufel

AndreDeCarufelMonsieur De Carufel est gestionnaire de projet depuis plus de 25 ans. Il a géré plusieurs projets d’envergure autant dans le secteur privé que dans le secteur public. C’est aussi un formateur et un conférencier d’expérience, en plus d’être un passionné et un promoteur de la gestion de projet.

Il maîtrise les différentes facettes de la gestion de projet. D’une part, sa formation de 2e et 3e cycles dans ce domaine lui a permis de développer ses connaissances du management et de la gestion de projet. D’autre part, il sait être très pragmatique dans l’élaboration de solutions grâce à l’expérience acquise au cours de ses nombreux mandats.

Il est présentement directeur de projet à la direction générale de la Ville de Québec en plus d’être chargé de cours à l’ENAP, l’Université Laval et au Cégep de Ste-Foy.


Daniel Hallé, CPA, CMA

Daniel HalleM. Daniel Hallé, CPA, CMA, possède une expérience de plus de trente (30) ans en technologies de l’information, dont plus de treize (13) en matière de charge de projets de toute sorte. Détenant une formation spécialisée en gestion de l’information et des systèmes, il possède une certification universitaire en gestion de projet et un diplôme de 2e cycle en gouvernance, audit et sécurité des TI. Au cours de sa carrière, il a participé à différentes études pour la réévaluation, le remplacement et le choix de systèmes pour un bon nombre d'organismes privés, municipaux et publics. Au cours des cinq dernières années, il a été appelé à travailler au sein de différents bureaux de projets (TI et construction) afin de mettre en place les bonnes meilleures pratiques du domaine. Comme gestionnaire, il a été un artisan dans le choix, la livraison et la gestion d’un bon nombre d’applications de gestion, tout en ayant à gérer le personnel affecté à leur développement/adaptation, implantation et soutien.

Son expérience diversifiée lui a permis de développer un esprit d’analyse axé vers l’évolution et l’optimisation des opérations de l’organisation, et ce sans un souci de justification économique apportée dans tous projets de gestion du changement ou de mise en place de solutions technologiques.  Monsieur Hallé est présentement directeur associé, services-conseils, chez Connexe technologie.


guillaume leblondGuillaume Leblond, Directeur du Bureau de projets ministériel , Ministère de la Justice du Québec

Guillaume Leblond possède un baccalauréat (Université Laval 2004) et une maîtrise (École de technologie supérieure 2006) en génie électrique. Après avoir amorcé sa carrière comme ingénieur chez IBM, M. Leblond a été embauché au Ministère de la Justice en 2009. Il a cheminé au sein de l'organisation en tant que chargé de projet, chef d'équipe de la gestion de projet, responsable de portefeuilles de projets et il dirige maintenant le bureau de projets ministériel du MJQ.

Andrée Taboureau, Chef d’équipe gestion du portefeuille de projets et de la reddition de comptes, Ministère de la Justice du Québec

Andrée Taboureau est titulaire d’une maîtrise en sciences de l’administration, Gestion et développement des organisations (Université Laval), et cumule plus de vingt (20) ans d’expérience principalement en gestion de projet, gestion de la qualité ainsi qu'en développement organisationnel.andree taboureau

Parallèlement, de 2008 à 2012, à titre de chargée de cours à l'Université Laval, elle a enseigné l'amélioration continue par le biais du cours «Gestion de la qualité».

Elle a évolué au sein d'entreprises privées au cours des dernières années notamment en services conseils, puis a été engagée au sein du Ministère de la Justice en 2014 où elle occupe maintenant le poste de chef d'équipe de la gestion du portefeuille de projets et de la reddition de comptes.

Leur conférence : Les pratiques de reddition de comptes de projets au ministère de la Justice.

La reddition de comptes est-elle considérée chez-vous comme une étape douloureuse et pénible, un passage obligé sans valeur ajoutée?

Tout un défi que d’impliquer tous les paliers de l’organisation et d’amener les gestionnaires à reconnaître les avantages qu’ils peuvent retirer de la reddition de comptes; un défi également de répondre aux nombreuses exigences ministérielles et gouvernementales en matière de reddition de comptes, au moment opportun avec le souci constant de rigueur et de cohérence.

Le Bureau de projets ministériel du MJQ mis en place en 2014, a franchi de nombreuses étapes en vue de relever ces défis. En passant par la production et la diffusion d’un cadre de référence en matière de reddition de comptes en RI, où toutes les directions ont pleinement contribué, également à la mise en place d’une gouvernance des projets ainsi qu’au développement d’outils et de mécanismes de suivi rigoureux en amélioration constante, le suivi des projets est maintenant l’affaire de tous au Ministère.

La reddition de comptes au Ministère a atteint son objectif initial à savoir de produire l’information juste, dans les délais et où tous les niveaux de l’organisation ont compris la valeur ajoutée de la reddition de comptes et en tirent profit.


ouellet lineLine Ouellet, Directrice et conservatrice en chef, Musée national des beaux-arts du Québec

Line Ouellet oeuvre dans le secteur du patrimoine ainsi que dans le secteur des musées depuis près de 30 ans.

Elle occupe depuis 2011 le poste de directrice générale du Musée national des beaux-arts du Québec après y avoir occupé la fonction de directrice des expositions dès 2000.

Animée par le projet d’agrandissement du MNBAQ, elle a mis non seulement son leadership et toute son expertise en muséologie au service de l’art du Québec, mais également au développement et au succès du complexe muséal ainsi qu’à sa vision d’avenir. Au cours de sa carrière, Line Ouellet a supervisé plus de 70 expositions ainsi qu’une quarantaine de publications. Elle a notamment rédigé de nombreux essais et articles et participé à de nombreuses conférences. En 2010, elle recevait l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, une décoration honorifique française qui récompense les personnes ayant contribué au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde. Elle fait partie de l’Organisation des directeurs des musées d’art du Canada (CAMDO/ODMAC) et de l’Association of Art Museum Directors (AAMD).

Sa conférence : Gérer le plus grand chantier culturel au Québec

À titre de directrice et conservatrice en chef du Musée national des beaux-arts du Québec, j’ai supervisé l’agrandissement du MNBAQ, de la phase de programmation à celle du design jusqu’à l’ouverture du pavillon Pierre Lassonde le 24 juin 2016. C’est dans un contexte évolutif que ce chantier a pris forme, notamment avec l’établissement de la commission Charbonneau, le changement de gouvernement et l’adoption de la loi 1 sur l’intégrité en matière de contrats publics. La reddition de comptes était au coeur des préoccupations de la structure de gouvernance du projet. Ce processus nécessaire oblige les responsables de fonds publics au respect des objectifs et à la transparence. Les sujets qui seront abordés sont l’articulation du processus décisionnel, les rôles et principes d’action des divers comités, les différentes stratégies de communication ainsi que les 3 types de reddition : administrative, politique et publique.


Denis Robitaille

Chercheur en foresterie à la Direction de la recherche forestière du ministère de l’Énergie et des ressources de 1988 à 2003, Denis Robitaille a été associé à la gestion de projet au tout début de sa carrière. Auteur de dizaines de publications scientifiques et de communications diverses sur les plantations de feuillus nobles et l’utilisation du feu en sylviculture, il a été pendant 18 ans professeur associé à la Faculté de foresterie et de géomatique de l’Université Laval. De 2003 à 2005, il a occupé des fonctions d’adjoint au directeur de la recherche forestière. En 2005, il est devenu chef du Service du soutien scientifique, toujours à la même direction.

C’est 2009, et cela jusqu’en 2012, qu’il fait son entrée dans la gestion d’un bureau de projet à titre de directeur de la gestion de l’information forestière. Il a notamment contribué à l’implantation et au développement du bureau de projet d’affaires forestières du ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

En 2012, il est arrivé à la Commission de la santé et de la sécurité du travail à titre de directeur adjoint de la mise en œuvre des projets à la Vice-présidence aux technologies de l’information. Il a contribué à l’implantation du Bureau de planification et contrôle et au déploiement de la méthodologie de gestion de projet de la Commission. Depuis le 1er janvier 2016, avec le regroupement des trois commissions associées au travail, c’est au sein de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail qu’il exerce ses fonctions de directeur de la mise en œuvre des projets.

Sa conférence : La reddition de comptes à la CNESST : le pourquoi, le quoi et le comment

À la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), la reddition de comptes des projets en ressources informationnelles revêt un caractère stratégique de premier plan. Non seulement est-il requis pour les projets de faire état de leur avancement, de leurs risques et enjeux et du respect des paramètres fondamentaux qui ont été confiés à leurs gestionnaires; la reddition de comptes est également l’instrument privilégié par le comité de direction et le comité d’administration de la Commission pour prendre des décisions quant au devenir des projets.

Appuyé sur une gouvernance bien établie, le processus de reddition de comptes s’inscrit dans une dynamique intégratrice. Depuis la vision d’une transformation qui a germé dans l’esprit d’un représentant d’une clientèle jusqu’à la livraison des produits et services du projet en résultera, la reddition de comptes prendra diverses formes destinées à différents usages et responsables, selon le niveau d’information et d’intervention requis.

Lors de cette conférence, on présentera sommairement le cadre de gouvernance et de gestion des projets en RI et autres que RI de la CNESST ainsi que le processus de reddition de comptes (le pourquoi et le quoi …). On s’attardera par la suite à la structure et au fonctionnement du Bureau de planification et contrôle des projets ainsi qu’aux méthodes et outils reliés à la reddition de comptes (le comment …). Dans cette perspective de gestion axée sur les résultats, il demeure quand même important de distinguer les notions d’indicateurs de la performance des projets et d’atteinte des objectifs des projets.


Odile Roy, Directrice de la Division de l’architecture et du patrimoine, Ville de Québec

Odile Roy est architecte et directrice de la division de l’architecture et du patrimoine de la Ville de Québec. Elle a d’abord œuvré en pratique privée tout en enseignant à l’École d’architecture de l’Université Laval. Conseillère municipale et membre du comité exécutif de la Ville de Québec de 1997 à 2005, elle a présidé la Commission d’urbanisme et de conservation. En 2009, elle devient directrice régionale de la Capitale-Nationale au ministère de la Culture et des Communications, pour ensuite revenir à la Ville de Québec au Service de l’aménagement et du développement urbain. Elle s’est impliquée dans le projet des Augustines depuis le début des années 2000, tour à tour, à titre d’élue, de responsable des projets d’immobilisation au MCC et finalement à titre de directrice à la Ville de Québec.

Patrick Vallerand, Président et conseiller principal, Strategia Conseil

Patrick Vallerand est cofondateur et président de Strategia Conseil, un cabinet indépendant de conseillers-experts en gestion de projets de construction. À titre de responsable du portefeuille d’une dizaine de projets majeurs chez Strategia Conseil, M. Vallerand est responsable de la planification, l’organisation et le contrôle des projets. À titre de directeur de projet et de conseiller en gestion de projet, il a participé à des projets dans les secteurs institutionnels, commerciaux ou industriels. Il possède une grande connaissance des mécanismes de contrôle de gestion de projet et des bonnes pratiques de gouvernance de projet. Il a notamment agi au cours des dernières années à titre de gestionnaire de projet pour le projet de réhabilitation du Monastère des Augustines.

Leur conférence : Mobiliser les parties prenantes avec la reddition de comptes et autres stratégies. Un cas vécu : la transformation du Monastère des Augustines.

La présentation portera dans un premier temps sur l’identification et l’analyse des nombreuses parties prenantes (bailleurs de fonds (4), direction de l’organisation, diverses autorités, etc.) pour ensuite identifier les stratégies de communication et de reddition de comptes les plus adaptées. Après analyse, nous mettrons l’accent sur les diverses formes de la reddition de compte déployée et les stratégies utilisées dans le cadre du projet de Réhabilitation du Monastère des Augustines qui ont permis de répondre aux besoins des parties prenantes, mais aussi de prendre des décisions promptement aux moments opportuns dans le projet pour ne pas retarder les projets.


Vous êtes ici : Home Animateurs et conférenciers